La Babouche :
des souks aux podiums mode

La babouche, chaussure star de l'été

C’est la chaussure du moment ! Déclinaison hype de la mule, elle est hyper facile à porter, à plat et talon au vent, mais over tendance, avec son extrémité pointue, ses teintes colorées et ses ornements opulents ; broderies, dorures, perles. Bref : on ne va plus pouvoir s’en passer.

Elle matche avec un jean tout simple, une robe bohème, une jupe structurée, bref avec TOUTES les envies qui nous passent par la tête, auréolée par cette magie de transformer toutes les tenues en petit trésor fashion. Elle vient d’où, elle va où, comment la porter, le bon shopping : plongée dans une chaussure traditionnelle du Maghreb, plusieurs fois centenaires, qui vit une seconde jeunesse sur les catwalks les plus pointus.

LA BABOUCHE, C’EST QUOI ?

Mode chaussures : la babouche

Dans sa version originelle, c’est une chaussure en cuir originaire d’Afrique du Nord. Son bout, pointu, est retourné vers le haut (Aladin, vous voyez…?). Elle présente la particularité, comme la mule, de laisser le talon libre et de recouvrir le pied, comme la décrit son appellation persane, « papush » ; « pa », le pied et « push », couvrir. Originellement portée par les hommes, c’est une chaussure plate, à fine semelle, qui ressemble à une pantoufle.

LA BABOUCHE VERSION MODE

Évadée des médinas, voici la néo-babouche interprétée par les plus grands créateurs de la planète. Entre mule et sleeper, ils s’amusent avec cet accessoire aux racines ancestrales, déstructurent ses codes traditionnels et ne cessent de la réinventer, tour à tour littérale, minimaliste, rétro, bling, …

Une publication partagée par @_0001213 le

Ci-dessus : les babouches minimalistes de Céline, collection croisière 2016

Pionnière de la tendance, Phoebe Philo en 2016 qui dessine, chez Céline, une babouche épurée en cuir noir à l’extrémité hyper pointue ornée d’une large boucle latérale : succès immédiat qui la propulse aussitôt it-shoe que toutes les fahionistas s’arrachent. Il n’en fallait pas plus pour initier la tendance. Gucci, Dolce & Gabbana, entre autres s’amusent à l’interpréter, Vogue proclame la babouche « must have de l’année », le raz-de-marée fashion s’amorce.

Ci-dessus : les babouches basiques et graphiques d’Acne Studio, blanches, rayées, à damiers, aux pieds de coupes épurées.

Aujourd’hui, la tendance est loin de s’éteindre, au contraire, elle s’embrase. Alberta Ferretti décline sa version Renaissance, pantoufle luxueuse au bout pointu et mini-talon, aux motifs baroques travaillés, en teintes pop (superbe bleu lagon) ou en cuir traditionnel avec pompon, allant jusqu’à la décliner en stiletto avec talon aiguille. Audacieuse, la proposition de N°21 et ses mules-babouches ornées de sequins et de strass, comme des noeuds bling-bling qui enlacent le pied. Chez Bally, la babouche se fait mocassin pour un look dandy-branché, en cuir de chevreau élégant orné d’une boucle métallique, à porter talon relevé ou baissé, selon le look et les envies.

Tellement populaire, la babouche, que les géants du prêt-à-porter, Zara ou H&M en tête, la mettent à la portée de toutes. On n’a pas fini de la voir gambader aux pieds des filles branchées.

ON LA PORTE AVEC QUOI ?

Bye bye djellaba, poncho et autres vêtements amples d’inspiration exotique, la néo-babouche-trendy adoube les looks travaillés, architecturés, un brin masculin. Oui au pantalon large, costume-pantalon, jupe crayon avec une chemise d’homme et des gros bijoux modernes. Rien de mieux pour dévergonder et dédramatiser sa tenue de working-girl impeccable.

Minimaliste : comme Céline, avec des vêtements épurés, low profile, pour mettre en valeur cette pièce forte qui attire à elle seule toute l’attention. Top : le costume uni, gris ou noir. Aux pieds, on poursuit l’épure avec des babouches en cuir minimalistes comme les Amina d’Acne Studio ou, au contraire, on contraste avec des babouches colorées et ornées. Pas de surenchère alors, même les bijoux seront en trop.

Rock : et pourquoi pas ? Slim, blouson noir, t-shirt de band vintage et des chaussures décalées, en cuir vieilli, quelle allure !

Sportswear : terrible ! Un jogpant, une chemise élégante pour contraster, un blazer à écussons et des babouches-mocassins en cuir caramel ou blanc – comme celles de Bally, un sac cabas XL suspendu au bras, le regard caché derrière des solaire aviateurs. Mêmes inspirations pour le look boyish-dandy, on remplace simplement le jogpant par un jean boyfriend ou un chino et le tour est joué.

Total-look mode : on associe les must-have du moment, jupe plissée minimale à mi-mollets, crop-top rock, sac-banane décalé, créoles et babouches éthno-pop.

BONS PLANS MODE

Toutes les meilleures astuces pour une mode moins chère, plus maline, plus responsable.

PAR ICI…

ELLE VIENT D’OÙ ?
HISTOIRE DE LA BABOUCHE

Mode chaussures : histoire de la babouche

Ci-dessus : babouches et djellabas au marché de Fès, 1932

Si son origine semble persane, on l’associe au Maghreb, dont elle est un accessoire des costumes traditionnels depuis plusieurs siècles. Les bédouins les portent dans le désert équipées d’oreilles qui permettent de les attacher comme les chaussures classiques. Les sédentaires urbains, eux, l’adoptent dans sa version lâche, sans attache – celle qui a récemment fait son incursion dans le monde de la mode. Également appelée « belgha », elle resta longtemps l’unique chaussure d’intérieur des hommes comme des femmes, sans distinction de classe sociale.

Dès le 16ème siècle, les babouches ornent les pieds des nobles – femmes mais aussi hommes -, avides d’exotisme dans l’élan des grandes explorations. Elle se coquettise, ornée de tissus colorés, de broderies élaborées et de perles précieuses. Sous sa forme « mule » orientalisée, elle se dresse sur un petit talon. Alors réservée à l’intimité, cette babouche de la Renaissance se porte à l’intérieur, avec des robes de chambre elles aussi inspirées de l’Orient, répondant à leur opulence en adaptant leurs nuances, leurs riches étoffes de soies et leurs détails dorés.

MARRAKECH
CAPITALE MONDIALE DE LA BABOUCHE

Mode : Marrakech, capitale mondiale de la babouche

C’est à Marrakech, épicentre du savoir-faire ancestral du tannage de cuir – que le pays a inventé, donnant son nom à la « maroquinerie » -, qu’on acquiert les spectaculaires babouches traditionnelles, souvenir depuis toujours convoité par les touristes. Elles sont, comme par le passé, confectionnées en cuir de chèvre ou de mouton, issues, pour les modèles haut de gamme, des prestigieuses tanneries de la Medina Boujlous de Fès.

Babouche : tannage du cuir à Fès, Maroc

Ci-dessus : tannage du cuir à Fès, Maroc

Si la babouche diffère sensiblement d’une région à l’autre, tant par sa forme que par ses motifs, elle reste aujourd’hui portée par les anciens et lors de cérémonies de mariages ou fêtes religieuses, au cours desquelles le costume traditionnel est de rigueur, avec djellaba et babouches.

Toute la mode sur Facebook

Toutes les news sur Twitter

Toutes les tendances sur Instagram

PLUS DE MODE

13 astuces mode qui nous font paraître plus mince et plus grande

Bye bye régime ! Ces astuces mode nous font fondre Comment paraître plus mince, plus élancée, plus grande (... sans régime) ? On vous chuchote ici nos meilleures astuces fringues, coupes, tissus pour perdre des kilos par simples illusions d'optique. Magique ! [...]

Mode : Le cachemire, précieux, rare, isolant, se démocratise

Le cachemire, doux, précieux... et mode ! Matière cocon de l'hiver, le cachemire élégant et mode n'en finit pas de nous séduire. D'une douceur imbattable, sa maille assure une isolation hors pair contre le froid. Côté style, un chic british suranné qui [...]

Slow fashion : les chaussures responsables

Éthiques et écologiques : les pionniers de la chaussure green Lorsque les chaussures mettent le pied dans la Slow Fashion, on court ! Pionniers du genre et leaders du secteur, les baskets Veja sont écolo jusqu’au bout de la semelle. Autre tendance [...]

2018-05-26T16:48:55+00:00