Audace et émancipation :
Les Sixties explosent les normes

C’est la décennie de toutes les audaces. Mais aussi celle qui consacre l’émancipation du corps féminin, sous l’impulsion de créateurs devenus légendaires, qui ont osé s’affranchir des codes bourgeois pour explorer une féminité encore balbutiante. Durant les sixties, toutes les normes vont exploser. Celles de la mode, mais aussi celles d’une société en pleine mutation. Après ça, plus rien ne sera jamais plus comme avant…

Années 1960 : la décennie de l'émancipation de la femme

Ci-dessus : Entre 1959 et 1975, les hôtesses de la compagnie aérienne National Airways Corporation (NAC). Photo de Archives New Zealand (CC 2.0)

LES ANNÉES 1960
EN SIX MOTS-CLÉS

  • Pièces iconiques : la mini-jupe, les collants, le tailleur-pantalon.
  • Couleurs : acidulées (orange pop en particulier) et blanc « futuriste »
  • Motifs : pois et rayures.
  • Matières : Le plastique (PVC), la résille de vinyle, le métal et le tissu lamé.
  • Icônes mode : Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Françoise Hardy, Twiggy
  • Créateurs phares : Saint Laurent, Courrèges, Mary Quant, Paco Rabanne, Pierre Cardin.
Brigitte Bardot en 1961
Défilé Mary Quant, 1969

1. 1961, Brigitte Bardot en pantalon à pois sur le tournage de “Vie Privée” de Louis Malle. / 2. 1969, Défilé Mary Quant, l’une des pionnières de la mini-jupe. Photo Nationaal Archief, the Dutch National Archives et Spaarnestad Photo (CC 3.0)

Françoise Hardy, icône mode des années 1960

1969, Françoise Hardy à Amsterdam. Photo Dutch National Archives, The Hague, Fotocollectie Algemeen Nederlands Persbureau ANEFO (CC 3.0)

UNE DÉCENNIE RÉVOLUTIONNAIRE

Les sixties marquent l’essor du prêt-à-porter dans la mode. Après des décennies dominées par de luxueuses et élitistes maisons de haute couture, les vêtements se popularisent, se rapprochent de la femme de la rue. Et celle-ci est en train de changer.

Comme elle, la mode des sixties va évoluer, vite, beaucoup. Comme elle, elle va bientôt tout oser, tout explorer. Nouvelles coupes, nouveaux volumes, nouvelles couleurs, nouvelles matières… et nouvelles longueurs.

Le premier bikini de l'histoire présenté en 1946
1962, Marilyn Monroe

1. Le premier bikini présenté en 1946 à Paris / 2. Marilyn Monroe en 1962

Après le bikini des années 1940, le monokini dévoilant les seins est inventé en 1964, le tailleur-pantalon de Courrèges puis de Yves Saint-Laurent apparaît dès 1965 alors que Paco Rabanne dessine des vêtements sans une seule pièce de tissu, uniquement ornés de plastique. La conquête spatiale est sur toutes les lèvres, dont l’apogée sera les premiers pas de l’homme sur la lune à la fin de la décennie, en 1969, inspirant aux créateurs la mode “space age”.

Mais c’est une pièce, emblématique et subversive, qui marquera, plus que les autres, les sixties et l’histoire de la mode…

1946 : LE BIKINI

L’après-guerre voit la création du bikini qui mettra presque deux décennies à s’imposer sur les plages. So subversif!

LE BIKINI

1962-1963 :
INVENTION DE LA MINIJUPE

Histoire de la Mode, Mary Quant en 1966
La minijupe Mary Qant, 1969

1. 1966, la créatrice Mary Quant vêtue d’une minijupe de sa création. Photo Nationaal Archief, the Dutch National Archives, Spaarnestad Photo (CC 3.0) / 2. 1969, minijupe et spartiates, pantalon-culotte et bottines au défilé Mary Quant. Photo Nationaal Archief, the Dutch National Archives, Spaarnestad Photo (CC 3.0)

“Le bon goût est mort, la vulgarité c’est tout ce qui compte.”

Mary Quant

Qui a réellement inventé la mini-jupe ? Certains l’attribuent à l’Anglaise Mary Quant, d’autres au Français André Courrèges, peut-être inspirés par d’autres créateurs ? L’histoire n’a pas réussi à trancher.

Née entre 1962 et 1963, qualifiée tour à tour de révolutionnaire et de scandaleuse, elle accompagnera les femmes dans leur révolution ; pour une sexualité assumée, une maternité maîtrisée, une égalité revendiquée, un rejet des valeurs bourgeoises… et de la jupe sage mi-mollets de maman.

“Le bon goût est mort, la vulgarité c’est tout ce qui compte” affirmera la provocante Mary Quant qui voulait la mode des sixties “arrogante, agressive et sexy”.

LES ANNÉES 1950

Taille cintrée, poitrine affirmée, lingerie, bas nylon et déferlante du prêt à porter : les Fifties sont élégantes et féminissimes.

LES 1950’S

En 1963, Courrèges présente sa version de la jupe riquiqui, un brin moins subversive, coupée “une main au-dessus du genou”. Forme trapèze, PVC ; aussitôt, les stars des sixties succombent ; Catherine Deneuve, Brigitte Bardot, Françoise Hardy ou Twiggy.

Ci-dessous : Défilé Courrège, 1968.

1966 :
LA ROBE MONDRIAN

La robe Mondrian par Yves Saint Laurent, 1966

Ci-dessus : Janvier 1966, la robe Mondrian par Yves Saint Laurent. Photo Eric Koch (ANEFO), GaHetNa Nationaal Archief NL (CC 4.0)

En 1966, l’iconique robe Mondrian, inspirée des oeuvres abstraites de Piet Mondrian, sort des ateliers d’Yves Saint Laurent. Le prototype est créé par Azzedine Alaïa et les chaussures qui l’assortissent sont dessinées par Roger Vivier. La sensation est totale, le monde de la mode reste béat devant ce lainage sans manches, à la coupe droite et aux imprimés modernistes, qui s’arrête juste au-dessus des genoux.

LA NOUVELLE FEMME DES SIXTIES

Courrèges, Saint Laurent, mais aussi Cardin, dessinent la silhouette des sixties qui restera le symbole de sa décennie : celle d’une femme géométrique à la taille et à la poitrine estompées mais aux jambes dévoilées.

Dans le sillage de la minijupe, les collants se popularisent, renvoyant au placard bas et porte-jarretelles. La mode se fait sexy, mais aussi, mais surtout, pratique et confortable, dans les pas de la révolution qui courait depuis le début du siècle et qui avait déjà aboli le corset et introduit la coupe “garçonne” de Mademoiselle Chanel.

La liane Twiggy, filiforme, initie chez les femmes des désirs de minceur. Le culte du corps est en marche et Weight Watchers lance ses régimes en 1963.

Ci-dessus : modèle “Wonderbra” photographié en 1975. Photo Mattnad (CC 3.0)

Deux ans plus tôt, c’est la marque Wonderbra qui lance ses premiers soutien-gorge “push-up”, commercialisés dès 1967 en France sous licence de la marque Gossard. Hauts les coeurs et les seins, la silhouette est redessinée.

ACCESSOIRES XXL

Côté accessoires, exit la discrétion, place au XXL !

Les lunettes sont futuristes. Celles de Cardin, des oeuvres d’art. La monture est large et pop ; couleurs criardes, imprimés tape-à-l’œil, elles jouent les stars de la tenue.

Les bijoux sont minimalistes mais surdimensionnées et s’acoquinent volontiers avec le plastique, moulés dans des formes cocon, aux arrondis “space age”, architecturaux. Un mot d’ordre : voyant !

Aux pieds des filles, le talon autrefois galbé et aiguille devient droit et carré ; la bottine souple mi-mollets – blanche de préférence – est la star des sixties.

Au bout des doigts, le sac à main est mini, aux teintes et aux imprimés flashy, suspendu à une anse courte.

LES CODES DES SIXTIES

  • Une jupe, une robe mini ou/et un manteau, toujours au-dessus des genoux, mi-cuisses, c’est encore mieux.
  • Des matières rigides qui ne bougent pas. En PVC, c’est encore mieux.
  • Des coupes droites. Taille et poitrine ne sont pas marquées.
  • Des couleurs pop, acidulées. Ou du blanc, mais futuriste, pas virginal (tout est dans la coupe et la matière).
  • Des accessoires XXL, popissimes. En plastique.
  • Des lunettes vintage-futuristes, XXL elles aussi.
  • Des chaussures à talons carrés. Des bottines en plastiques mi-mollets, c’est le top du top.
  • Des sacs à main mini, bourse ou cartables XS, aux teintes pop et acidulées.

LES ANNÉES 1970

Robes bohèmes, pattes d’éph, blouses fluides, imprimés psychédéliques : cette décennie va marquer l’histoire de la mode

LES 1970’S

HISTOIRE DE LA MODE

De la préhistoire à la révolution web, remontez le fil de près de 80’000 ans de mode et plongez dans les décennies qui ont marqué le vingtième siècle

FLASH BACK

PLUS DE MODE

2018-05-23T11:20:26+00:00