Le jour où… j’ai annoncé à mon mec que j’arrêtais de m’épiler

Beauté : poils, épilation et rasage

Tout a commencé mardi dernier, lorsque j’ai annoncé à mon mec que j’arrêtais de m’épiler. « De t’épiler quoi ? », il a dit. « Tout », j’ai répondu. Tandis que l’homme blêmit, je développe mon argumentaire: outil d’oppression de la femme d’une société misogyne, soumission aux diktats de la beauté. Il est d’accord. Mais bon, quand même chaton…

Il faut savoir que mon mec est l’un des rares hommes féministes sur cette planète. Élevé par une militante libertaire de gauche aux belles heures de l’émancipation de la femme (et des pubis touffus) et par un père qui assistait aux assemblées du MLF (et s’en faisait virer). Mais, mardi dernier, j’ai compris que son féminisme avait des limites, celles de la longueur de mes poils. Dur.

La discussion avait été amorcée quelques jours plus tôt, devant la superbe photo de Lucien Clergue, « Nu de la forêt ». Entre les ombres d’un branchage, un sexe féminin sans artifice derrière une (très) épaisse toison frisée. Face à mon enthousiasme, il a juste dit « J’aime pas. Ça me rappelle ma mère ». Radical.

À sa décharge, je reconnais ma responsabilité. Voilà plusieurs années que j’ai opté pour l’épilation intégrale, pas même un ticket de métro, rien, nada. Pour de mauvaises raisons hygiénistes je suppose. « Moi, je préfère comme ça ». Et voilà, paf : bien fait pour mon cul. Et de grommeler : « Et puis elle vient d’où cette nouvelle lubie ? » (ce vaillant homme a déjà eu affaire à nombre d’autres expérimentations parfois hasardeuses, allant des jus bien-être épinard-kale-graines-de-chia, cosmétiques DIY – « C’est normal ces plaques rouges ? – et autres expériences bien-être – qui ne tinrent pas toujours leurs promesses – bref.)

LA DICTATURE DE L’ÉPILATION

Nous sommes 14% à nous épiler intégralement le pubis, tous âges confondus. La proportion atteint même 45% chez les moins de 25 ans (Ifop 2014).

En 2013, Ipsos réalisait une vaste étude sur le sujet. On y apprenait que :

  • 96% des personnes interrogées estiment qu’elles doivent s’épiler au moins une partie de leur corps. Les aisselles (87% des Françaises) et les demi-jambes (81%) en particulier.
  • Le rasage / l’épilation est le principal soin du corps évoqué.
  • Juste avant un rendez-vous amoureux, les femmes s’inquiètent de leur épilation (63%) avant le maquillage (62%) et leurs cheveux (57%).
Épilation : 39% des hommes adeptes de l

Et les hommes ? Bonne et mauvaise nouvelle, le mien est tristement dans la norme : 39% d’entre eux sont adeptes de l’épilation intégrale du maillot et 21% de l’épilation des aisselles (de leur partenaire, pas d’eux-mêmes, bien sûr…). 6%, seulement, ne militent pas pour l’épilation féminine.

Merci qui ? YouPorn et ses chaudasses miaulantes, imberbes à chaque recoin de leur corps. « L’épilation intégrale, qui s’est imposée dans le cinéma porno, a dicté une norme du corps féminin désirable pour les hommes. Cette norme-là, par effet de pression sur les femmes, a été intégrée par les femmes elles-mêmes » explique le journaliste pro-poils Stéphane Rose au Nouvel Obs.

Le marché de l’épilation se frotte les mains (je renonce à un jeu mots hasardeux…), arborant un chiffre d’affaires de 165 millions d’euros entre rasoirs, épilateurs, crèmes dépilatoires, esthéticiennes… Merci qui ? Merci nous. Mais pourquoi nous imposons-nous ces séances de dépoilage qui sont, au mieux, longues et laborieuses, au pire, douloureuses et chères ?

SALE, PARASITÉ, IMPUR, LAID…

La poil-phobie ne date pas de YouPorn. Nos arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-(…)-grands-mères, déjà, ne les estimaient guère.

Pour preuve, cette vénérable pince à épiler de 5 cm de long datant de l’Âge du Fer (dès 1100 av. J.-C.) et mise à jour sur la commune de Saint-Chels (Musée de Cahors Henri-Martin). Mais pourquoi donc cette obsession si précoce ?

Dès le 4e millénaire av. J.-C., en Mésopotamie, l’épilation est synonyme de pureté rituelle dans l’une des plus anciennes civilisations historiques connues. Madame sumérienne, mais aussi Monsieur, s’épilent. Le torse, le menton mais également la tête pour lui.  Autour du 8e siècle av. J.-C., le rite épilatoire se perpétue chez les Hébreux, notamment pour prévenir et limiter la propagation des maladies vénériennes et autres parasites, poux, morpions et champignons. Vous avez dit beurk ?

Dans la Rome antique (dès 753 av. J.-C.), l’épilation devient rituel de beauté, féminine et masculine. Les femmes s’épilent jambes, aisselles et sexe, avec une préparation à base de poix, d’huile, de résine et de cire. On y ajoute parfois des substances caustiques, nocives pour la peau. Ne faut-il pas souffrir pour être belle… ? L’épilation semble avoir inventé cet adage. Ouïe ! L’extraction pileuse se poursuit avec ardeur au Moyen Age, devenant même un attribut « tendance » pour les vénérables dames de la cour.

Le 18e puis le 19e siècle marquent le retour du poil, loué par Émile Zola dans Nana en 1880 : « Et, lorsque Nana levait les bras, on apercevait, aux feux de la rampe, les poils d’or de ses aisselles. », puis par Joris Karl Huysmans vantant « l’odeur du gousset » (soit le creux de l’aisselle non-épilé) : « Diverse comme la couleur des cheveux, ondoyante comme les boucles qui la recèlent, l’odeur du gousset pourrait se diviser à l’infini ; nul arôme n’a plus de nuances, c’est une gamme parcourant tout le clavier de l’odorat, touchant aux entêtantes senteurs du seringat et du sureau… »

Au tournant du 20ème siècle, l’éradication des poils chez la femme s’accélère au rythme de leur corps qui se dévoile. Dès 1920, le mouvement s’amorce aux États-Unis, lorsque une marque de rasoirs somme les femmes « d’enlever ces poils disgracieux ». Le phénomène gagne rapidement l’ensemble de la culture occidentale.

L’épilation s’exacerbe avec l’arrivée des maillots de bain. Aisselles, jambes et maillots se dé-poilent. Le ticket de métro devient la norme en 2000, rapidement supplanté par le sexe glabre, dès 2005 – date à laquelle les Playmates de Playboy n’affichent plus le moindre poil pubien.

UN COMEBACK 2.0

Mais le poil (de jambes, d’aisselles et de cul) n’a pas dit son dernier mot. Sur les réseaux sociaux, la résistance s’organise, galvanisée par les néo-pygmalions poils-friendly que sont Kate Moss, Madonna, Lady Gaga, Miley Cyrus et autres Cameron Diaz. Hashtagés #lesprincessesontdespoils #pithair #armpithair #bodyhairdontcare #bodyhair #nonalepilation, les poils s’affichent sans rougir sur Twitter, Instagram, Facebook. Naturels ou colorés pop.

Bad Buzz

Sur les réseaux sociaux, l’enthousiasme anti-poils n’est pas toujours au rendez-vous, et la jeune blogueuse Laura en a fait la cruelle expérience en août dernier. Affichant ses aisselles non-épilées, un sourire désarmant aux lèvres, elle se prend en pleine gueule les commentaires insultants des autres internautes : « Quand tu dois passer un casting pour le rôle de chewbacca », « Va te raser », « T’es dégueulasse » et même… « Butez-la ! » Non, je ne rêve pas ; on suggère bien, ici, de buter une femme qui ne s’épile pas les aisselles.

Ces militantes du poil 2.0 se désignent comme des néo-féministes, dénonçant un asservissement aux diktats de la pornographie et de l’hygiénisme exacerbé, dans le trend de ce que l’anthropologue Christian Bromberger appelle le « depilotary age », obsédés que nous sommes par la propreté, le désodorisé, le net.

#LesPrincessesOntDesPoils

C’est le hashtag lancé par une jeune illustratrice de 16 ans qui crée un e-tsunami après avoir posté cette jolie phrase « envoie-moi tes poils » en été dernier. Message reçu 5 sur 5 : aussitôt, des centaines de princesses plus ou moins poilues postent leurs photos d’aisselles et autres jambes duveteuses voire carrément velues, avec des commentaires qui en disent long sur l’oppression qu’elles éprouvent au quotidien : « Fais ce qui te plaît avec ton corps. Te préoccupe pas du regard des autres. Vis ta vie et vive les poils » , « Ce n’est que des poils hn. Ça fait partie de nous donc respectez ceux, celles qui veulent les garder », « Pourquoi devrions-nous nous douiller à nous épiler alors que vous ressemblez a des Chewbacca ». À suivre sur son Twitter @adelelabo

LES POILS, ÇA SERT À QUOI ?

En fait, c’est carrément la première question que j’aurais dû me poser, non ? Comme tout a été bien pensé dans le corps humain, ils ont forcément une raison d’être là où ils sont. Mais laquelle ?

C’est le Dr Touron, dermatologue, qui en donne l’explication dans un article de l’Express Styles. Tout dépend de leur zone d’implantation. Sous les aisselles et autour des organes génitaux, ils ont pour utilité première de retenir les odeurs. Conclusion : plus la zone est velue, plus elle sent. Mon mec : 1 point. Mes poils : 0. MAIS : ailleurs sur le corps, les poils jouent un rôle thermorégulateur. En clair, ils tiennent au frais et au chaud. Et pour moi, frileuse de compétition, ça compte. 1 point partout.

ALORS, POIL OR NOT POIL ?

Quelle femme ne se rallierait pas illico aux arguments coups de poing des adeptes du poil ? Quelle femme accepterait de se soumettre volontairement à une dictature imposée par l’industrie du porno ? Mon problème, là tout de suite, c’est mon mec (« pas question ») mais aussi la société, car comme l’explique la blogueuse québécoise pro-poils Marie Turenne : « ce qui est difficile, c’est d’être minoritaires ». Alors, tant qu’on ne s’y met pas toutes (ou presque), j’opte pour garder mon mec.

Oui, j’abdique. Mais à une condition : 20% des hommes en France sont adeptes de l’épilation du maillot. Alors chouchou (diablement douillet) va y passer. Il sera peut-être un peu plus solidaire après ça ? Je vous raconterai…

Sources

Bibliothèque du Musée d’ethnographie de Genève. Quand et pourquoi les femmes ont-elles commencé à s’épiler ?

Alessandra Moro Buronza, une étude IPSOS sur le bien-être

Huffington Post, Les femmes montrent leurs poils sur Twitter avec #LesPrincessesOntDesPoils

Marie-Claire, Ce sexe est-il encore possible ?

Poilorama, quand le poil tente de sauver sa peau : une websérie documentaire de 11 épisodes, Honkytonk Films et ARTE France

Citazine, Les poils chassés des culottes. Interview de Stéphane Rose

POUR ALLER PLUS LOIN…

Histoire du Poil, Marie-France Auzepxy et Joël Cornette

Histoire du Poil
Marie-France Auzepxy et Joël Cornette

Biographie très documentée du poil dès le 7e millénaire av. J.-C., à travers ses diverses représentations, politiques, sociales, éthiques ou religieuses. On se promène de la France de Louis XIV et ses perruques à la Chine mandchoue et ses sujets nattés, jusqu’aux Poilus de la Première Guerre mondiale, aux eunuques byzantins ou aux « femmes à barbe » atteintes d’hypertrichose.

Les Poils : Histoires et bizarreries, Martin Monestier

Un ouvrage ludique et pratique dans les coulisses des poils. Saviez-vous qu’ils se développent différemment selon les parties du corps ? Qu’il existe plus de coiffeurs que de boulangeries dans la plupart des pays occidentaux ? En marge des normes esthétiques, l’auteur nous raconte aussi comment les poils « passent à table » et deviennent indics de police, désignant criminels, violeurs ou sportifs dopés. Passionnant !

Défense du poil, contre la dictature de l

C’est un « tsunami dépilatoire » qui est dénoncé ici. L’auteur, « amateur de sexes touffus et chantre de la diversité des corps » s’interroge sur la disparition des poils féminins et livre un vibrant plaidoyer pour la réimplantation des poils pubiens dans les petites culottes, égratignant au passage la pornographie, la presse féminine et l’hyper-hygiénisme ambiant.

ET VOUS ?

Vous vous épilez ? Tout ou juste une partie de votre corps ? Pourquoi ?
Pour vous, l’absence de poils est-elle une marque de féminité ?
Et votre mec, il en pense quoi ?
Que pensez-vous de l’influence de l’industrie porno sur l’épilation (pubienne en particulier) ?

J’ai hâte qu’on en papote !

TOUTE LA BEAUTÉ

Gym : 11 minutes chrono by Kendall Jenner

Kendall Jenner dévoile sa gym routine en 11 minutes hyper efficaces 11 minutes chrono chaque jour pour un corps de rêve ? Kendall Jenner dévoile sa gym routine. Hyper rapide, hyper efficace. Démonstration. Comment concilier corps de rêve et agenda surchargé ? C'est le dilemme de Kendall Jenner. Elle [...]

Beauté, cheveux : comment faire sa coloration maison ?

Cheveux : Réussir sa coloration maison à tous les coups Dans la vie d'une femme, il y a des angoisses incontrôlables. Qu'une météorite frappe la terre, que Brad Pitt se remarie, que Donald Trump soit réélu et... rater sa colo. Le blond qui vire au vert ? Le roux trop roux ? Le [...]

Les meilleures astuces pour les cheveux secs

Comment prendre soin de ses cheveux secs ? Qu'ils soient secs par nature ou altérés par des traitements à répétition, ces cheveux-là souffrent d'une mauvaise circulation du sébum, soit cette matière grasse qui irrigue le cuir chevelu et hydrate la fibre capillaire. Résultat : le cheveu est terne, cassant, ne reflète plus la lumière [...]

Les meilleures astuces pour les cheveux fins

Les meilleures astuces pour les cheveux fins Le dilemme des cheveux fins ? Une matière plate, sans volume, qui n'imprime pas la mise en pli. Nos solutions ciblées ? Une routine ultra-légère silicone-free et des astuces pour insuffler du volume aux racines lors du coiffage. DES [...]

Aliment-beauté : la rhubarbe

La rhubarbe détox pour un ventre plat Utilisée depuis toujours dans la pharmacopée chinoise pour ses vertus purgatives, la rhubarbe regorge de magnésium, potassium et phosphore qui chouchoutent notre transit et notre foie pour un effet ventre-plat et un poids calorique mini : 15 kcal / 100 g. Riche en calcium enfin, elle prend soin [...]

Le Top des parfums unisexes

Le parfum unisexe : pointu et atypique Un seul flacon pour deux ? Ce n'est pas nouveau et Calvin Klein (One, puis CK2) a révolutionné le secteur en nous proposant une effluve-pop que l'on portait aussi bien que notre mec. Depuis, les parfums unisexes sont partout et on adore [...]

Masques maison pour le visage

7 masques maison pour le visage épatants Pourquoi dépenser des fortunes en masques des grandes marques cosmétiques quand le miel, l'huile d'olive ou un œuf font des merveilles ? Pour hydrater, nettoyer, exfolier, apaiser, régénérer, prévenir les rides ou raviver l'éclat, les meilleurs ingrédients et recettes de masques maison, c'est ici ! [...]

Rouges à lèvres bio

Les rouges à lèvres sont-ils dangereux pour la santé ? Conservateurs, aluminium, plomb, mercure, arsenic, chrome : que cachent nos rouges à lèvres ? Sont-ils dangereux pour la santé ? Et les alternatives « clean » sont-elles efficaces ? On décortique la question make-up du moment. Et on vous donne nos meilleures astuces shopping santé-friendly. Êtes-vous lipstick addict ? Vous [...]

News : une crème anti-rides révolutionnaire

Bientôt la crème miracle qui fait disparaître les rides ? En appliquant cette crème anti-âge révolutionnaire, les rides disparaissent comme par magie pendant 24 heures. Une première scientifique présentée par le MIT de Boston qui devrait changer le visage de la cosmétique. Alors comment ça marche ? Et quand débarquera-t-elle [...]

Les meilleures astuces pour les cheveux gras

Comment soigner mes cheveux gras ? Les cheveux gras souffrent d'un dérèglement des glandes sébacées qui sécrètent trop de sébum. Obligatoire pour hydrater la fibre, il étouffe le cuir chevelu lorsqu'il est produit en surabondance. Avec, à la clé, des cheveux graissés aux racines qui se plaquent au crâne. En cause ? Souvent [...]

Épilation : pour ou contre les poils ?

Le jour où... j'ai annoncé à mon mec que j'arrêtais de m'épiler Tout a commencé mardi dernier, lorsque j'ai annoncé à mon mec que j'arrêtais de m'épiler. « De t'épiler quoi ? », il a dit. « Tout », j'ai répondu. Tandis que l'homme blêmit, je développe mon argumentaire: outil d'oppression de la [...]

Les top astuces anti-cellulite

17 astuces épatantes pour éliminer et prévenir la cellulite 85% des femmes sont concernées par la cellulite. Souvent considérée disgracieuse et, plus grave, douloureuse, elle est l'une de nos cibles préférées à la douce saison. Mais comment gommer efficacement et durablement la cellulite ? Commençons par éliminer ou réduire les aliments qui favorisent la [...]

Maquillage, Fond de teint longue tenue

8 astuces pour un fond de teint longue tenue Il est l'un de nos meilleurs jokers beauté. Et si on a parfois un peu de peine à l'avouer, nous sommes plus de 50% à en porter (fond de teint, BB cream ou soin hydratant teinté). Mais lorsque notre [...]

Corde à sauter : Calories Killer

La corde à sauter : top astuce pour brûler un max de calories Et si on renouait avec notre meilleure alliée des préaux de notre enfance ? La corde à sauter qui nous a tant amusées petites est la championne « calories killer » toutes catégories, chouchoute de Constance Jablonski et Doutzen Kroes, c'est dire ! En quelques [...]

Les meilleures astuces pour les cheveux bouclés

Comment prendre soin de mes cheveux bouclés ? Les femmes bouclées se plaignent souvent d'une matière sèche qui floute la boucle. Nos solutions ciblées ? De bons soins démêlants et des produits spécifiques pour redessiner des boucles dynamiques, bien définies. DÉMÊLANT OBLIGATOIRE [...]

Portail de la Mode sur Facebook
Portail de la Mode sur Twitter
Potrail de la Mode sur Instagram
Portail de la Mode sur Pinterest
2017-10-16T11:38:00+00:00 13/10/2016|Categories: Beauté, Corps|

8 Comments

  1. Sally Thia 8 novembre 2016 at 20 h 49 min - Reply

    Je n’épile aucune partie de mon corps et pour cause, je reconnais mon lien avec la Nature, et l’harmonie passe par là, c’est affreux d’avoir à préciser cela, car c’est absolument évident… Quelle faute que tu aies manqué de dire que les poils pubiens préviennent des mycoses et compagnie ! Demande à n’importe quel gynécologue compétant… Puis pour les aisselles, comme pour les autres poils, ceux-ci ne retiennent pas les odeurs, mais les régulent… Depuis que je ne m’épile plus et ne mets plus de déodorant chimique sous mes aisselles, je transpire vraiment, mais vraiment moins qu’avant !!!
    Lorsque l’on est en accord avec soi, donc avec la Nature, tout est mieux et plus facile à vivre. Comme le fait de bien s’alimenter, ça fait des miracles… Comme je trouve cela triste voire, nauséabond d’avoir à le dire, car, qu’y a-t-il de plus naturel… ? Les gens ne savent plus se nourrir, ni vivre, c’est aberrant… Ils sont complètement sous le joug de cette société de consommation qui n’en veut qu’à leur pognon, qu’à contrôler ce qu’ils sont en se fichant ROYALEMENT de nos bien-être.
    L’absence de poil n’est pas une marque de féminité, cette question est stupide, puisque les poils poussent sur les femmes, donc dire qu’une femme non-épilées est laide, ça revient à dire qu’une femme est naturellement laide. C’est incroyable à quel point le capitaliste a réussi à vous déconnecter de la Nature, ça m’étonne toujours…
    Un gars qui est contre les poils, c’est juste un abruti, y a rien à ajouter. Les poils est le premier indicateur de l’ « ALERTE BOLOSS » ;).
    Pour ce qui est de la pornographie… Je pense que l’on peut aisément présager ma pensée quant à cela. Enfin…

    • Rédaction 9 novembre 2016 at 13 h 13 min - Reply

      Hello ! Merci pour tes précisions ! Ce n’est pas moi qui affirme qu’une aisselle velue est plus odorante mais une dermato (mon commentaire ci-dessous), mais je suis ravie d’entendre que, dans ton cas, la transpiration est moins importante qu’avant. Si d’autres filles veulent partager leur expérience, je serais TRÈS curieuse.

      Encore une fois, un grand merci pour tes précisions et pour avoir partagé ici ton expérience.

  2. Nedra volz 8 novembre 2016 at 22 h 34 min - Reply

    Les poils du pubis et aisselles ont aussi leur rôle de thermorégulation non? Leur fonction n’est pas que retenir les odeurs…..
    Sinon merci pour cet article de plus en faveur du poil féminin, j’y travaille moi aussi 🙂

    • Rédaction 9 novembre 2016 at 13 h 09 min - Reply

      Coucou, effectivement, en ce qui concerne le pubis. Mais, à en croire cette dermatologue citée par l’Express, ceux des aisselles ont pour fonction première de retenir les odeurs :

      « (…) l’odeur dégagée par une aisselle velue sera plus forte que celle d’une aisselle glabre, car les poils retiennent les odeurs. « Dans le cas des aisselles, c’est même leur fonction première », confirme le Dr Touron, dermatologue, contrairement à ceux situés sur d’autres zones du corps qui jouent plutôt un rôle de thermorégulation. »

  3. Marie 16 novembre 2016 at 23 h 27 min - Reply

    Mon mec parait moins féministe qu’un autre, mais il s’en fout que je sois épilée ou pas.
    Je vous dis pas ma chance les meufs : mon minou est absolument peinard, pareil pour mes dessous de bras.
    Et ils se tiennent au chaud chez moi !
    Venez chez tata les pti poils, vous êtes saufs ici ! xD

  4. Rédaction 17 novembre 2016 at 17 h 24 min - Reply

    Oh ! Tu le prêtes (ton mec ?) 😉

  5. Nerub 17 novembre 2016 at 20 h 41 min - Reply

    Je m’épile et me rase… quand j’en ai envie. En lisant ton article et vos commentaires, ben… c’est vrai. Vous avez raison et c’est naturel. J’ai appris des choses aussi (comme pour retenir les odeurs ou la thermorégulation). Je m’épile et me rase pour deux raisons. La première est à cause de la repousse. Ca me grate et des plaques rouges apparaissent ! Mes poils me gênent :/ je n’arrive pas à les supporter. L’autre, c’est plus « hygiénique ». Parce que bon, désolée du côté dégueu, mais quand les menstrues arrivent et que ça se coince dedans… voilà XDD et ça m’énerve, donc j’enlève tout XD
    A des moments, je me tâte à laisser tout pousser mais finalement, ils me gênent trop. Malgré la flemme, je les enlève^^’ les jambes encore, je laisse pousser tranquilles mais sous les aisselles et le pubis, impossible. La repousse me fait mal. Et je ne sais pas pourquoi.
    Ma mère m’a dit de me raser/épiler lorsque j’étais au collège parce que ça ne faisait pas propre. J’avais déjà eu des remarques de la part des garçons qui disaient que j’étais sale parce que j’avais des poils (et pourtant… j’ai les cheveux clairs et ils en avaient plus que moi !).

    • Rédaction 18 novembre 2016 at 9 h 54 min - Reply

      Coucou, je suis très touchée par ton message… qui pose la question de la pression de figures féminines à l’adolescence (la mère, la grande soeur, la copine, etc.). L’épilation « qui fait propre » : un grand classique, hein ?

Leave A Comment